Une synergie commune : la préservation de l'environnement

    Avec le printemps, l’envie de prendre le large revient comme le besoin de laver sa voiture !
    Eléphant Bleu s’apprête à entamer sa 2e saison aux côtés du skipper Fabrice Amedeo. Elle débute avec le tour de France microplastiques. La problématique environnementale est au centre du projet qui a rapproché les deux partenaires, volontaires pour agir, chacun à leur niveau, sur la préservation de la ressource en eau.

    « Pendant que Fabrice Amedeo traque les microplastiques et les effets de la pollution sur les océans, Eléphant Bleu traque la pollution de la mobilité terrestre. La synergie de notre partenariat est la préservation de l’eau. D’un côté, celle des océans, de l’autre celle des nappes phréatiques. En réalisant en moyenne 7,7 millions de lavages par an dans ses 460 centres1, le réseau Eléphant Bleu capte 2 800 tonnes2 de polluants issus des boues de lavage. Sans l’action des centres professionnels, ces hydrocarbures et métaux lourds, qui s’agglomèrent sur la carrosserie sous l’effet de la pollution de l’air extérieur et de l’usure des pièces mécaniques, se déversent dans la nature en cas de pluie ou lors d’un lavage maison. On estime cette part à 9 000 tonnes3 de polluants par an. L’enjeu de sensibiliser les automobilistes tient à réduire cette part », Stéphanie Meder, Responsable de l’enseigne Eléphant Bleu.         

      

    Mai : début de saison

    Le bilan de la 1ère saison a montré l’intérêt de la communauté Eléphant Bleu, du grand public et des médias pour les actions sportives, environnementales et pédagogiques de Fabrice Amedeo soutenues par l’enseigne. C’est donc motivés que les deux partenaires poursuivent leur croisade en 2021.

    Après le chantier d’hiver, le bateau sera remis à l’eau début mai à Lorient pour entamer la saison. Derniers réglages et ajustements, séances d’entrainement… Le skipper et sa monture seront fin prêts en juin pour la première sortie officielle avec le tour de France microplastiques, organisé par Fabrice Amedeo dans le cadre du projet océanographique. Doublée d’une campagne de sensibilisation, la traversée le long du littoral, du nord au sud de la France, permettra le relevé de mesures et prélèvements attendus par les scientifiques.

    Le grand rendez-vous sportif de l’année sera la Transat Jacques Vabre le 7 novembre, du Havre à la Martinique.

    Banque Carte de crdit Flux du Processus

     

    2020 : le public a aimé l’association de la voile, du lavage et de la préservation de l’eau

    L’engagement et l’enthousiasme pour le partenariat avec Fabrice Amedeo se sont mesurés auprès de tous les publics de l’enseigne : les partenaires franchisés, les collaborateurs, les clients et les internautes.

    Le réseau s’est mobilisé pour relayer le livret pédagogique Cétacé, l’océan boit la tasse4 et contribuer ainsi à la préservation de l’environnement en dehors des centres de lavage.

    Plusieurs franchisés ont souhaité vivre l’aventure au plus près. Ceux qui ont assisté au départ de la Transat Jacques Vabre 2019 ou fait leur baptême de navigation au large de Trinité avec Fabrice Amedeo, ont été comblés. En revanche, les fans du Vendée Globe ont malheureusement subi la frustration des mesures sanitaires…

    Les sujets environnementaux ont été les plus suivis par la communauté Eléphant Bleu sur son compte officiel

    Facebook. Le livret pédagogique destiné aux enfants, a rempli sa mission de sensibilisation, dans les écoles, via le site de Fabrice Amedeo et à travers les 15 000 livrets diffusés auprès des clients Eléphant Bleu. 

    Au-delà du suivi sportif de Fabrice Amedeo, la presse nationale et régionale a largement relayé le projet océanique et l’enjeu scientifique des prélèvements opérés par les capteurs à bord de l’IMOCA.

     

    Bilan scientifique

    amedeo 2Dans le laboratoire DCM (Détection, Capteurs, Mesure) de l’IFREMER (l’Institution Français de recherche pour l’exploitation de la Mer), deux jeunes scientifiques travaillent actuellement sur les échantillons collectés quotidiennement pendant les transats de Fabrice en 2020. Maria El Rakwe, mathématicienne experte en chimiométrie, et Enora Prado, spécialiste de l’appareil d’analyse (spectromètre Raman), analysent la moitié des échantillons de plastique prélevés en mer via la quille de l’IMOCA. L’innovation du capteur à bord, sorte de caisson contenant 3 filtres, a permis de collecter des microplastiques de plusieurs tailles. La principale difficulté est maintenant de faire le tri entre les substances collectées très variées.

    Les travaux d’analyse, leur interprétation et la modélisation des résultats vont permettre d’établir une cartographie de la pollution par les microplastiques dans les eaux de surface océanographique, d’évaluer leur imprégnation chimique et leur toxicité.

     

    1 En moyenne, 45 lavages par jour et par centre
    2 En moyenne, 360 g de boues polluées récupérées dans la fosse de décantation après un lavage
    3 Chiffres CNPA sur la base de 10% du parc qui n’est pas lavé et 38% des pratiques de lavage réalisé à domicile
    4 Livret pédagogique du projet écologique de Fabrice Amedeo dans le cadre de son programme sportif pour sensibiliser les enfants à la préservation des océans

     

    • jeudi, 29 avril 2021
    Ce site internet utilise des cookies afin de vous assurer une meilleure expérience utilisateur.

    Politique des données

    Copyright © 2019 Commlc