Dépolluer la voiture avant les grands départs

    Dans le contexte actuel des départs en vacances, 77%[1] des Français ont l’intention de voyager en voiture. On pense alors à la sécurité en faisant un check up technique. On pense aussi aux bouchons et à la pollution que cette concentration de véhicules va générer… Mais savons-nous que nous pouvons agir, chacun à notre niveau, par un acte simple, rapide et pour quelques euros ? 

    La pollution drainée par les carrosseries sales est invisible mais pèse des tonnes d’hydrocarbures et de métaux lourds. Les centres de lavage, qui neutralisent ces substances, sont les acteurs de dépollution de la mobilité. En débarrassant la carrosserie des résidus toxiques et corrosifs avec des produits biodégradables et en maîtrisant la consommation d’eau, le lavage Eléphant Bleu apporte un bénéfice autant à la voiture qu’à l’environnement.

    [1] Selon une étude OpinionWay pour Norauto réalisée les 4 et 5 juin 2020. 

    Hydrocarbures et métaux lourds captés dans les centres de lavage

    Le réseau Éléphant Bleu avec ses 470 centres de lavage estime récupérer plus de 500 tonnes de polluants, soit plus de 20% des eaux de lavage. La plupart de ces polluants, d’après les analyses des boues de lavage collectées dans le réseau Éléphant Bleu, sont des hydrocarbures mais également des métaux lourds, type phosphore, cuivre, zinc, chrome ou plomb. Ils ont des effets toxiques sur la faune, la flore et, absorbés par les organismes vivants (poissons), ils entrent dans la chaîne alimentaire. Ils dénaturent également les océans et cours d’eau par la prolifération d’algues.

    Si 52% des automobilistes lavent régulièrement leur voiture chez un professionnel, 38% pratiquent encore le lavage à domicile et 10% ne lavent jamais[1]. Autant dire que des milliers de tonnes de polluants se déversent chaque année dans la nature et dégradent les réserves d’eau naturelles inutilement.

    [1] Selon les informations du Conseil National des Professions de l'Automobile, 2020

    eb

    La tentation peut être d’opposer à cet argument la consommation d’eau du lavage automobile, parfois visé d’interdiction par les arrêtés préfectoraux en période de sécheresse. A domicile (règlementé par l’article L1331-10 du Code de la santé publique), elle est réelle. 300 litres d’eau en moyenne par lavage ruissellent dans les sols, chargés de détergent, savon et autres polluants. En revanche, dans les centres, l’eau s’écoule par la grille d’évacuation et repart dans le circuit communal, une fois débarrassée des boues de lavage. L’eau consommée est limitée aux gouttelettes et phénomènes d’évaporation, le reste est réutilisé.

    Véhicule immobilisé = véhicule pollué et polluant

    Au-delà des dépôts de pollution amenés par la pluie, la circulation et l’air ambiant, la longue immobilisation forcée des véhicules a habillé la carrosserie de rejets de saison et des oiseaux. Ils peuvent être 100% naturels, ils n’en demeurent pas moins très corrosifs. Résines, fientes d’oiseaux, insectes… sont gravés à vie et abiment la carrosserie s’ils ne sont pas retirés régulièrement.

    Les centres Eléphant Bleu disposent de toutes les options et produits adaptés pour un lavage efficace et ciblé, dans des conditions de confort qui transforment une contrainte en acte utile et agréable.

    L’enseigne partage son expertise avec la diffusion d’une vidéo sur les bonnes pratiques du lavage.

    Le respect de l'eau, un principe qu'Éléphant Bleu veut partager

    Dès sa création, l’enseigne a construit son concept sur le respect du travail bien fait et du service, sur la responsabilité de limiter l’empreinte environnementale du lavage en tant qu’utilisateur de la ressource en eau. Elle en a fait une démarche globale à tous les niveaux de son développement et dans la relation avec ses clients.

    Le premier acte a été de concevoir le lavage haute pression reconnu comme système économiseur d’eau. L’offre a évoluée vers l’automatisme et aujourd’hui le tunnel de lavage en puisant dans les solutions technologiques les plus efficientes.

    Le 2e acte était de respecter scrupuleusement les règles de traitement des déchets générés par le lavage, en veillant à leurs collectes et leur valorisation.

    campagne2Le 3e acte est l’information et la communication pour sensibiliser sur l’impact du lavage automobile, le bénéfice des pratiques écoresponsables et plus largement, sur la valeur de l’eau. Dans ce domaine, l’actualité est la campagne réalisée dans le cadre de la Journée Mondiale de l’Eau, en mars dernier (visuel ci contre). Elle fait prendre conscience d’une pollution passive souvent insoupçonnée. Le partenariat avec le skipper Fabrice Amedeo fait également partie d’un engagement fort de sens pour Eléphant Bleu en soutenant à la fois une aventure humaine et un projet écologique et pédagogique sur la préservation des océans.

    « En tant que spécialiste du lavage automobile, le rôle d’utilité de l’enseigne est de sensibiliser sur les bénéfices écologiques du lavage automobile professionnel, sur l’impact environnemental du non lavage ou du lavage à domicile. Les nappes phréatiques étant à 80% réservoirs de l’eau potable, laver sa voiture et se rendre dans un centre professionnel n’est pas anodin. », Solen Ecklé, Responsable Marketing groupe Éléphant Bleu.

     

    Les fonctions sociétales que s’imposent Eléphant Bleu sont d’assurer la dépollution de la mobilité, gérer l’eau durablement et offrir à ses clients un service efficace, écoresponsable et sécurisé.

    Ce site internet utilise des cookies afin de vous assurer une meilleure expérience utilisateur.

    Politique des données

    Copyright © 2019 Commlc