[PBS 2019] La chimie biosourcée crée de la valeur

    pbs2019 encadre

    Plant Based Summit, congrès d’affaires consacré aux applications industrielles issues de matières premières végétales, s’est clôturé sur un bilan très positif.
    Le congrès a mis en évidence la montée en puissance des ingrédients, matériaux et produits biosourcés. Une nouvelle étape est franchie avec l’industrialisation de nombreux projets portée par l’afflux d’investissements ces dernières années.

    L’histoire récente de la chimie du végétal, en phase de développement depuis une vingtaine d’années, a été rythmée par trois phases clés, chacune portée par des leviers distincts :

    • 1er levier : la compétitivité via le prix de revient, conjuguée à la crainte de raréfaction de la matière première, dans le contexte de la flambée du prix du pétrole
    • 2e levier : l’apport de fonctionnalités innovantes, propres aux matières premières végétales, notamment développées grâce à l’émergence de nouvelles méthodes de transformation de la matière, et de procédés issus des biotechnologies.
    • 3e levier : l’attrait du marché et des consommateurs pour le caractère « végétal » de la matière première.

    Cette tendance est portée par une sensibilité plus forte de l’opinion publique à l’impact environnemental de l’activité industrielle. Elle conditionne, autant que le réchauffement climatique et la gestion des déchets, l’orientation des politiques nationales et européennes vers la bioéconomie et l’économie circulaire.

    Parallèlement à ce contexte porteur, la chimie du végétal bénéficie d’un double effet de levier : l’émergence de nombreux projets arrivés en phase d’industrialisation, après 10 ans de recherche, et l’intérêt pour le financement d’une « chimie plus verte » ; de quoi alimenter une nouvelle vague de de levées de fonds (cf dossier de presse).

    Le déploiement industriel s’étend sur tout le territoire national comme le montre la carte des implantations correspondantes, nouvellement éditée par l’ACDV (communiqué).

    « Plant Based Summit a mis en évidence la capacité de cette chimie biosourcée à créer de la valeur en proposant des solutions innovantes sur des marchés de plus en plus diversifiés. Sur le congrès étaient représentés des secteurs aussi différents que les cosmétiques et soins de la personne, les emballages, les plastiques, la peinture, la construction et le bâtiment, la détergence, le textile… Le congrès a également souligné les défis du développement durable et la capacité de cette chimie à y répondre », François Monnet, Président de l’ACDV.

     

    Nouveau modèle industriel

    La filière de la chimie du végétal construit des solutions qui permettent aussi de répondre aux enjeux du développement durable. Filière innovante, y compris dans ses modes d’organisation ouverts à la coopération, elle se nourrit autant des développements des nombreuses start up du domaine, que des travaux de R&D des grands groupes industriels plus établis.

    En regroupant tous les acteurs de l’écosystème de la chimie du végétal, Plant Based Summit a rempli son objectif de rendez-vous d’affaires, propre à accélérer le développement commercial, à faire émerger de nouveaux projets. Il a également permis de mettre en avant les (nombreuses) innovations de la filière.

     

    Copyright © 2019 Commlc